Recherche Recherche
« retour

Le troisième trimestre

La dernière ligne droite et, en même temps, le trimestre le plus long. En effet, il dure vraiment plus longtemps que les autres (ce n’est pas juste une impression). Le bébé prend toujours beaucoup de poids, et pour la future maman, tout devient encore plus pénible. Mais c’est aussi maintenant que l’impatience est à son comble et que tout le monde a hâte de découvrir la petite nouvelle de la famille.

Troubles et complications

En vérité, je suis vraiment très étonnée de me sentir aussi bien durant les dernières semaines de ma grossesse. À ce stade, pendant ma première grossesse, je souffrais de différents troubles. À l’époque, j’avais très mal au dos et je faisais de la rétention d’eau. Cette fois-ci, j’ai seulement mal au dos lorsque j’en fais trop. J’essaye donc de me ménager autant que faire se peut. J’évite de porter des charges trop lourdes, je fais de longues promenades de plusieurs heures et, dans la mesure du possible, j’évite aussi de me tenir debout trop longtemps. En plus, chez moi, je fais de temps en temps du yoga pour femme enceinte, ce qui me permet de limiter mon mal de dos. Cette fois-ci, je ne souffre quasiment pas de rétention d’eau. En revanche, les brûlures d’estomac que j’évoquais dans mon article du deuxième trimestre persistent. Sinon, je n’ai pas vraiment de raison de me plaindre.

En principe, mon dernier contrôle chez la gynécologue était prévu pour la 36e semaine de grossesse. Mais pendant cet examen de prévention, elle a constaté un excès de liquide amniotique. Cette complication s’appelle polyhydramnios. Un examen sanguin a permis d’exclure une infection. Il est très peu probable de découvrir un jour les raisons de cet excès de liquide amniotique. Tout de même, comme il faut surveiller la chose, je dois retourner chez ma gynécologue pour un examen supplémentaire, qui, je l’espère, sera enfin le dernier.

La nidification et la préparation au post-partum

Eh oui, j’ai à nouveau succombé au fameux phénomène de la nidification! Juste avant de me poser avant la naissance, j’ai besoin de mettre de l’ordre partout. J’ai changé la déco, fait un nettoyage de fond et (re)lavé toutes les affaires du bébé. Après tout, je veux être bien préparée au post-partum, car je sais que je n’aurai alors pas le temps de m’occuper du ménage etc. En plus, Noël tombe pendant cette période… Raison de plus pour bien anticiper. Dans l’idéal, tous les cadeaux seront achetés, bricolés et emballés avant l’accouchement. C’est du moins ce que je prévois.

Pour le post-partum, je me suis procuré des choses dont j’aurai besoin pour moi, notamment des serviettes hygiéniques, coussinets d’allaitement et compresses pour mamelons irrités. Je n’ai rien cuisiné à l’avance. Par contre, j’ai informé mon mari que durant cette période, il sera mis à contribution en cuisine! Et rien n’empêche ceux et celles qui viennent nous rendre visite d’apporter le repas J

Préparer son enfant à l’arrivée du petit frère ou de la petite sœur

«Alors, il est impatient que le bébé arrive?» On m’a souvent posé cette question. Mais la réponse n’est pas si simple. Après tout, le futur grand frère n’a que 2 ans. Il sait qu’il y a un bébé dans le ventre de maman et qu’un jour, il en sortira. Il explique aussi qu’il voudra nous aider à donner le bain au bébé, changer ses couches, pousser la poussette et donner le biberon. Il est trop mignon. Mais sait-il vraiment ce qui nous attend, lui en tant que grand frère, et nous en tant que famille de quatre personnes? Que bientôt, un bébé sera là avec nous tous les jours, toute la journée et pour toujours? Je ne le sais pas vraiment…

Je me suis demandée comment le préparer à ce qui va arriver. Nous parlons régulièrement «du bébé», et nous lui avons offert un livre sur le sujet. Mon ventre s’arrondit de plus en plus, ce qui n’est pas sans lui échapper. Nous voulons l’impliquer dès le début, c’est pourquoi nous avons installé le petit lit et plié le linge du bébé ensemble. Mais je ne veux pas non plus l’assommer avec trop d’informations ou mettre ma grossesse trop en avant. Aussi, pour le reste, nous laissons venir.

Chambre de bébé et équipement de base

Pour le deuxième enfant, tout est différent. Et beauuucoup plus simple. D’une part, on a déjà beaucoup de choses, et, d’autre part, on sait ce dont on a besoin pour un nouveau-né et ce dont on peut se passer. Bien que nous attendions une fille cette fois, je n’ai quasiment pas acheté de vêtements. En effet, dans les petites tailles, les habits pour bébé sont souvent unisexes. Et si elle devra porter parfois du bleu ou lieu de rose, ce n’est pas non plus dramatique. Ce qui manquait, c’étaient des gants et un bonnet. Pour un bébé qui nait l’hiver, outre les bodies et pyjamas à manches longues, une gigoteuse et des collants, je peux également recommander une couverture pour le siège auto et une chancelière pour la poussette.

J’ai aussi voulu me procurer une meilleure écharpe de portage. Un modèle de qualité, élastique, surtout pour le début, lorsque le bébé n’est pas encore trop lourd. Et j’aimerais aussi faire l’expérience d’un «ring sling» pour porter la petite. Le porte-bébé que j’ai déjà servira certainement aussi, tôt ou tard. Le portage permet de renforcer le lien avec l’enfant et peut aussi aider à soulager les maux de ventre. Souvent, c’est aussi tout simplement pratique, surtout quand on a déjà un autre enfant en bas âge.

Dans un premier temps, le bébé n’aura pas sa propre chambre. De toute manière, au début, probablement les douze premiers mois, il dormira dans notre chambre. Ensuite, on verra bien. La table à langer qui était jusqu’alors installée dans la chambre du grand a trouvé une place ailleurs.

Si ça ne dépendait que de moi, on pourrait donner le départ!

Mes trois indispensables pour le 3e trimestre

  • Un grand sac ou une petite valise: au 3etrimestre il faut préparer son sac pour la clinique et l’avoir à portée de mains en cas d’urgence.
  • Un tapis de gymnastique: pour faire du yoga pour femme enceinte, pratiquer de la gymnastique post-natale ou s’allonger en cas de mal de dos.
  • Du soutien: organise-toi pour être entourée pendant le post-partum. Peu importe qu’il s’agisse d’une sage-femme, de membres de la famille ou d’amis. On peut toujours avoir besoin d’un coup de main ou d’une oreille attentive.