Recherche Recherche
« retour

Le journal de bébé: le premier mois

Un nouvel être est venu au monde, et la famille s’agrandit. Les quatre premières semaines avec un nouveau-né sont une période intense pour tous. Le bébé grandit à toute vitesse et commence déjà à progresser et à se développer. Pour nous parents, cette période n’est pas de tout repos en raison du manque de sommeil et de la nouvelle charge émotionnelle. Voici un mois que notre fille a rejoint la famille, et je vous livre mes impressions dans la première partie de ce journal de bébé pour Lidl Family.

La vraie vie commence

Le bébé a passé près de 40 semaines dans mon ventre, protégé et ravitaillé par mon corps. Très brutalement, tout change pour ce petit être: il n’est plus protégé, doit apprendre à respirer et à s’alimenter par lui-même. Mais même en dehors du ventre, je continue à apporter à mon bébé une part importante d’intimité et de sécurité. Ceci est essentiel pour développer une relation de confiance. Ce lien de confiance est à la base de certains traits de caractère tels que l’estime de soi, la capacité à aimer ainsi que la confiance envers les autres et le monde. Voici des qualités que j’aimerais absolument transmettre à ma petite. Personne ne devrait craindre de trop choyer son bébé. C’est tout simplement impossible, vous ne pouvez jamais lui donner trop d’amour, d’intimité et de sécurité.

Les premiers jours à la maternité

Les premières heures suivant sa naissance, ma petite fille a beaucoup dormi et à peine bu. Elle a régurgité une grande quantité de liquide amniotique, avalé dans l’utérus. Mais au bout de 24 heures, c’était passé, et elle se sentait déjà beaucoup mieux. Comme tous les bébés, elle a d’abord perdu du poids, mais dès le quatrième jour, la tendance s’est inversée. Le pédiatre était satisfait de son développement, et nous avons pu rapidement rentrer à la maison pour retrouver papa et son grand frère rayonnant de fierté.

Débuter l’allaitement

Le premier mois, le temps passé à allaiter est long, très long. Cela a aussi été le cas pour nous deux. Nous avons eu beaucoup de chance, puisque les premières tétées se sont extrêmement bien passées. Dès le début, elle savait comment s’y prendre. Cependant, le démarrage n’a pas été sans douleurs. J’ai en effet particulièrement souffert de tranchées utérines. Elles m’ont fait grandement souffrir dans les jours suivant la naissance, surtout pendant et après l’allaitement. Mais une fois disparues et à partir du moment où j’ai réussi à gérer les montées de lait, j’ai commencé à vraiment profiter de ma fille. Nous avons formé rapidement une très bonne équipe, avec des intervalles de 2h30 entre deux tétées. Au bout de quelques jours, elle faisait la différence entre le jour et la nuit, car les tétées s’espaçaient pendant la nuit. Je pouvais même en profiter pour dormir davantage, super!

Mon conseil: toujours avoir quelque chose à boire à portée de main. Allaiter donne vraiment soif, et le corps a besoin d’être toujours bien hydraté.

La tétine: oui, non, peut-être?

Au bout d’une semaine seulement, j’ai eu l’impression que ma fille développait un besoin de succion plus important. Elle souhaitait téter même lorsqu’elle n’avait pas faim, et continuait à sucer le sein après la tétée pour s’endormir. Nous nous sommes donc rapidement posé la question de la tétine. Si vous vous renseignez sur le sujet, vous remarquerez rapidement qu’il existe des arguments pour, mais aussi contre,

et que les avis divergent grandement. Cela vaut aussi bien pour la décision de prendre ou non une tétine que pour le choix de la tétine. J’ai donc abordé le sujet lors d’une consultation pour jeunes parents que propose notre commune. Normalement, les bébés nourris exclusivement au sein ne devraient pas recevoir de tétine avant environ 4 semaines (ou seulement une fois que le rythme des tétées est régulier). Avant cela, le bébé risque d’être confus et de refuser le sein. Notre fille avait déjà adopté un rythme régulier et bien pris du poids. Notre conseillère nous a donc donné son accord pour une tétine. J’ai attendu encore deux semaines et ai suivi mon instinct avant de lui proposer une tétine, qu’elle a tout de suite bien acceptée.

Le premier bain et les soins pour bébé

Nous avons pris notre temps avant de donner le premier bain à notre fille. Bien laisser pénétrer le vernix caseosa dans la peau est considéré comme étant bénéfique, tout comme le fait de ne pas prendre le bain trop rapidement et trop souvent. Surtout pendant les mois d’hiver. Ainsi, notre petite a pris son premier bain seulement environ trois semaines après sa naissance, à la maison et dans le calme. C’était un véritable événement pour nous parents et son grand frère. Et à priori, l’eau tiède a bien plu au plus jeune membre de la famille. À ce moment, le cordon ombilical était déjà tombé. Une fois le bain terminé, nous l’avons bien séchée et lui avons donné un petit massage avec un peu d’huile pour bébé. J’ai également doucement massé la tête à l’aide d’une brosse pour bébé, car cela stimule la circulation sanguine et prévient l’apparition des croûtes de lait.

La peau de bébé n’a pas de besoins particuliers (sauf un peu d’eau pour la nettoyer). Cependant, notre petite souffre d’acné du nourrisson. J’ai donc accordé un peu plus de temps au soin de la peau du visage. Lorsque j’ai vu apparaître l’acné du nourrisson, qui s’est manifestée par de petits boutons sur le front, j’ai tamponné cette partie plusieurs fois par jour avec du lait maternel. Plus tard, certaines parties du visage étaient trop sèches. Je les ai donc hydratées à l’aide d’une pommade. À part cela, je n’ai appliqué aucun soin, car les petits maux ont simplement besoin de temps pour disparaître, sont inoffensifs et partent d’eux-mêmes.

Dormir, boire, changer la couche, recommencer

«Mais elle dort tout le temps!» Et oui, au début, les bébés dorment énormément. Mais dès le premier mois, notre petite restait éveillée pendant des périodes plus ou moins longues. Elle était soudainement plus alerte et regardait quelqu'un dans les yeux avec beaucoup d’intensité. Elle réagissait également à nos visages et à nos voix. D’ailleurs, il s’agissait de ses seuls
«jouets» pendant les premières semaines. Un petit bébé n’a pas besoin de plus pour le moment. Mais fermons la parenthèse: au début, les petits dorment, mangent et se font changer à tours de bras, ce qui vous laisse beaucoup de temps pour faire connaissance.

Le premier examen de prévention chez le pédiatre

Bien entendu, tous les bébés se font ausculter pour la première fois par un pédiatre, à la maternité. Mais à l’issue du premier mois, il est temps pour le premier rendez-vous chez le pédiatre de votre choix. J’ai renoncé à faire peser régulièrement mon bébé (une fois que le poids de naissance avait été dépassé!), ou à le peser moi-même à la maison. J’étais donc impatiente de connaître le poids et la taille de notre trésor. Chez le pédiatre, la croissance est mesurée à l’aide des percentiles des courbes de croissance, que vous pouvez bien sûr demander à voir si le médecin ne vous les montre pas de lui-même. Notre fille affichait une superbe croissance correspondant parfaitement à «sa» courbe.

Description de l’image:
courbe de croissance pour les filles âgées de 0 à 2 ans, avec les données de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé).

Source:
https://www.swiss- paediatrics.org/sites/default/files/div/wachstumskurven/perzentilen_2012_09_15_sgp_d.pdf

Prochainement, dans le nouveau chapitre de mon journal de bébé, je vous parlerai du 2e et du 3e mois, ainsi que de ce qui nous a émus et occupés pendant ce temps.

Photo: Irina Bottlang